Document

Commentaire composé : Le misanthrope, acte II, scène 1

A propos du document

  • Type de document: commentaire composé
  • Disponible sur le site : biblioweb
  • Visité 17017 fois

Vos 19 commentaires sur ce document

01 nov 2015 à 16h36 par :
ntm

10 oct 2015 à 23h16 par Alexandre :
Bon commentaire mais très court et pas assez détaillé.

06 juin 2015 à 11h22 par patate_bleue :
.

07 jan 2015 à 14h21 par :
A chier

04 déc 2014 à 21h28 par Louise :
cest pas avec ça que je vais réussir mon contrôle --"

04 déc 2014 à 21h26 par Leena :
site le moins utile du monde
Je sais moins de choses après d'avoirs regardée ce blog sérieux...

09 mar 2013 à 15h28 par Goni Abdoul Halim :
la jalousie d'Alceste est causé par les amants de Célimene.

20 juin 2012 à 19h03 par gad elmaleh :
mégive mégive

20 juin 2012 à 19h03 par vagin deux le sex interieur :
moi jveu triché c koi sa o laaaa vrement ils sont ou les pro en triche

20 juin 2012 à 19h01 par bibite 2 :
c trp null merd je cherche un vré comentaire

31 mar 2012 à 20h19 par :
s

25 juin 2011 à 18h53 par boubina :
tg

27 avr 2011 à 17h41 par M :
copie de la page
http://www.lescorriges.com/article-19306--moliere__le_misanthrope__acte_ii,_scene_1.php
aucun interet

18 avr 2011 à 11h58 par caca :
va chier

07 nov 2010 à 17h51 par audflora :
VS AVEZ bien di mai c pas assez détaillé kes ce kn dit de la jalousie ds l misanthrope c ca dt il est question

13 mai 2010 à 18h23 par Denis :
véritable copié-collé de : http://www.lescorriges.com/article-19306--moliere__le_misanthrope__acte_ii,_scene_1.php
Aucun mérite... désolé...

29 juin 2009 à 08h22 par :
Analyse :

Le misantrope est une comédie écrite en 1666, à une période assez sombre pour Molière : cabale à propos de Tartuffe, maladie de Molière, brouille avec Racine.

La pièce est énigmatique : Alceste représente les idées de Molière, mais il est également ridicule.

Dans le premier acte, on apprend quel est le caractère d’Alceste et son dilemme : il aime Célimène qui ne peut se passer de la société mais lui-même ne peut supporter la vie en société. A l’acte II, c’est la première apparition de Célimène. La jalousie d’Alceste s’exerce d’abord contre Clitandre ; justification de Célimène : elle doit le ménager pour son procès.

Axe de l’explication : l’intérêt psychologique et scénique de l’expression de la jalousie.

I La jalousie : moteur des réactions d’Alceste.

Dès le début : généralisation abusive : un seul rival devient "tout l’univers" !

1 argumentation d’Alceste : elle se base sur les faits, sur le bon sens. Celle de Célimène se base sur des suppositions, des pensées. Alceste veut des certitudes tandis que Célimène reste dans le domaine de l’"aveu", des mots. Expression de deux caractères très différents.

2 Quand Célimène se trouve sans argument, elle retourne la situation : changement brutal de la scène : attaquée avant, elle devient attaquante et provoque Alceste qui est alors aux prises avec lui-même : il est à la fois ridicule et pathétique.

3 développement du thème de la passion amoureuse : dimension presque tragique : homme victime et tourmenté. Opposition avec le ton badin et ironique de Célimène qui s’appuie ici sur les résultats (attitude opposée à celle du début de la scène). Ton presque suppliant d’Alceste qui reconnaît sa défaite et la suprématie de Célimène et qui avoue ainsi sa propre faiblesse.

II la jalousie : intérêt scénique.

1 connaissance des personnages : Alceste s’épuise dans un véritable combat intérieur. Exagération dans l’emploi du vocabulaire tragique dans une situation qui ne l’est pas. Célimène est sûre d’elle : son arme favorite : l’ironie (trait de mondanité).

2 le comique : Alceste est trop coléreux pour être tragique ; oscillation perpétuelle entre ses contradictions.

Comique de situation : c’est l’homme qui est dominé.

Comique de jeu de scène : niveaux de langage et de compréhension différents ; outrance des personnages.

3 intérêt pour les scènes suivantes : scène théorique qui laisse présager des applications difficiles : que fera Alceste devant les autres ?

Conclusion : une scène d’interrogation, qui n’a pas le temps d’aboutir, faute d’autres personnages. La tonalité comique dépend essentiellement de l’intention du metteur en scène.

27 mai 2007 à 18h16 par farah :
Je n'arrive pas à voir le commentaire! le lien devrait me conduire sur un autre site mais la page ne s'ouvre pas!

21 mai 2005 à 11h32 par marion :
bien écrit, les idées sont bonnes mais le plan n'est pas tout à fait assez détaillé...

Laisser un commentaire

Votre commentaire :

Votre nom :