Document

Commentaire composé : L Albatros

A propos du document

  • Type de document: commentaire composé
  • Disponible sur le site : chez.com/bacfrancais
  • Visité 58646 fois

Vos 55 commentaires sur ce document

30 jan 2018 à 19h06 par Lucia :
Après une divorce, nous revoilà ensembles.lisez ceci ...

Mon nom est Lucia , je veux utiliser ce moyen pour partager mon petit témoignage avec le monde, sur la façon dont j'ai obtenu mon ex mari de nouveau à moi dans les 48 heures à l'aide d'un lanceur de sorts puissants.
Voici mon histoire . Après 9 ans de mariage avec mon mari , José. Il a divorcé et s'est séparé de moi et mon enfant . Un jour que je passais par Internet à la recherche d'emploi, j'ai vu différents témoignages sur la façon dont un homme les a aidés à résoudre leurs problèmes. L'un d'eux a dit qu'il l'a aidé à guérir ses maladies, l'autre dit qu'il a aidée tombée enceinte après 11 ans d'être sans enfants et j'ai vu un autre qui dit qu'il a aidé a sauvé son mariage et obtenir un bon emploi, elle a laissé tomber Email de ce grand homme et j'ai décidé de faire un essai. Quand je l'ai contacté, il m'a aidé jette un sort ré-union, et dans les 48 heures mon mari est revenu me suppliant et en s'excusant pour moi. Aprés mon satisfaction que je l'ai payé la récompenser. Aujourd'hui, nous sommes heureux ensemble, avec beaucoup d'amour, de joie et de richesses. Avec nos 3 enfants , un garçon et deux filles. Vous pouvez aussi contacter ce grand lanceur de sort aujourd'hui , Courriel:
Voici son E-mail : alimedium01@gmail.com
Voici son E-mail : sauveur.alimedium@gmail.com
Il est joignable sur Téléphone et WhatsApp sur 00229 97 86 96 51
À Bientôt, la famille en détresse.

29 mai 2017 à 11h42 par :
c quel registre

29 mai 2017 à 11h42 par :
c quel registre

18 jan 2016 à 17h18 par marius :
ce livre étant une espèce de lien gastronomique vient à éclaircir la raison de l'homme.

12 jan 2015 à 21h33 par loulou :
Je suis en train de faire le commentaire mais je galère alors bonne chance pour les autres !

12 jan 2015 à 21h33 par loulou :
Je suis en train de faire le commentaire mais je galère alors bonne chance pour les autres !

25 mai 2013 à 10h16 par :
LPO§<3

17 mai 2013 à 18h04 par lolo :
est ce que ce poème appartient au style Lyrique pouvez vous me répondre rapidement svp???
merci (ce serait gentil):)

15 avr 2013 à 23h10 par kiara :
quelle relation y'a t-il entre l'oiseau et l'homme et entre l'albatros et le poète? merci d'avance

10 avr 2013 à 18h23 par sainte mi touche :
thank you for your comprehension of we help in the studies

21 mar 2013 à 10h12 par moise :
j admis votre commentaire

21 mar 2013 à 10h11 par :
bravo

10 fév 2013 à 16h49 par Morgane18 :
J'ai un commentaire à faire pour mardi sur l'albatros. J'ai les 2 axes : sur quel figure de style majeur est fondé ce poème et quel image baudelaire nous donne t'il du poète ?
Quelqu'un pourrait m'aider à trouver des éléments dans ces 2 axes svp surtout dans le 2 eme. Je suis complètement perdu

11 nov 2012 à 12h44 par joues de paul :
tu veux voir ma bite ?

15 sep 2012 à 23h15 par :
coucou

29 juin 2012 à 23h03 par anna :
Mon pauvre "nik ta mere"... tu te veux menaçant mais tu as surtout l'air malheureux. Tu veux être respecté, tu as raison. Et tu crois que tu as trouvé la solution en proférant des menaces et des injures ? Je ne connais pas ta prof mais franchement: crois-tu qu'elle met des zéros par plaisir? aucun prof ne fait ça. Quel âge as-tu? tu devrais savoir que le respect ne s'impose pas par la force !!! Il faut être RESPECTUEUX pour être RESPECTé! Tu n'as pas eu l'occasion de t'expliquer avec cette professeur? que venais-tu chercher sur ce site? si tu veux nous expliquer ce qui ne va pas, n'hésite pas : reviens nous le dire. ça fait du bien de parler, d'écrire. On ne se connait pas. Je suis une mamie attristée de lire tant de colère. "la colère est mauvaise conseillère". ça ne se dit plus, mais c'est toujours exact, crois-moi ! Si je peux t'aider...

29 mai 2012 à 14h56 par RAYAN ABIDA :
BABALOURACHEM

30 avr 2012 à 14h33 par BALOURASHEM :
BALOURASHEM

17 avr 2012 à 15h02 par Alexia.L :
J'ai fais 2 axes ainsi que 3 sous-parties à chaque fois :
1) L’albatros, signe de la société.
a : Le majestueux, l’albatros
b : La naïveté de l’albatros
c : Comparaison du poète à l’albatros
2) Une cruauté éprouvée.
a : La banalité de l’albatros
b : Le refus de l’expression
c : Un poète rejeté par la société
Quand pensez vous ? C'est urgent s'il vous plait.

02 avr 2012 à 19h15 par :
bonjour je voudrai savoir quelle est le sens du mot archer dans l'albatros

31 mar 2012 à 21h34 par manimania :
je trouve que ce que vs dites est trop difficile ... ms je vs felcite pour votre courage et pour votre patience !!!!

18 mar 2012 à 10h50 par Louis-P :
Je peux aussi répondre a Lou
Dans un ver de Baudelaire, il y a 12 pieds (syllabes)
Mais cela peux changer et cela peut aller jusqu'à 1.
Par exemple, Jean de la Fontaine fait des vers de 9 pieds (je croie).

Merci d'avoir lu ce commentaire

18 mar 2012 à 10h47 par Louis-P :
• Axe 1 : le poète maudit et incompris.
Dans son poème «l'Albatros,» Charles Baudelaire fait une relation entre l'albatros et le poète. Il compare l'albatros dans les airs, avec toute sa beauté, à l'albatros par terre (sur un bateau), ou il devient laid. L’albatros des airs évoque le poète tel que Baudelaire se le représente et celui sur terre le poète tel que la société se le représente.
C'est Baudelaire lui-même qui suggère que «Le Poète est semblable au prince des nuées [l'albatros]» (13). On peut voir ce poème comme un commentaire sur les poètes, et spécifiquement sur Charles Baudelaire.
Dans la première strophe Baudelaire met la scène en place. Il nous présente deux groupes sur lesquels est basé le reste du poème. Dans un bateau il y des «hommes d'équipages;» et en train de les suivre, les albatros (1-2). Comme on l'a déjà vu, la ligne treize nous dit clairement que l'albatros représente le poète. Les marins représentent, peut-être, tous ceux qui ne sont pas des poètes. Dans ce cas-ci, le bateau serait un symbole du monde physique. Il suggère aussi que la société prend les poètes pour des animaux de foire qui sont là pour amuser les gens (vers1).

Merci d'avoir lu ce commentaire et merci de commenter ce commentaire.

22 fév 2012 à 13h48 par lila :
De quoi parle le poème ?

12 juin 2011 à 20h58 par vico2 :
est-ce que ce son toutes des rimes riches dans le poème l'Albatros?

23 mai 2011 à 17h13 par lou :
Il y a combien de syllabes dans un vers

27 avr 2011 à 10h40 par étudiante :
Moi j'ai fait
I) Un apologue
II) Comparaison poète oiseau
III) Le mal de vivre

Qu'en pensez-vous ?

05 avr 2011 à 19h56 par poète :
lut

08 jan 2011 à 10h57 par Angela :
Salut a tous !!! :D

Moi, c'est pas vraiment d'un commentaire composé que j'aurait besoin mais plus des idées de mise en scène....
Quelqu'un pourrait pas m'aider c'est pour mardi et je sais ^pas du tout quoi faire !!!! :)

Merci

21 nov 2010 à 18h16 par Mlle renaudo :
je suis prof de français, ton commentaire est super Anaïs.

11 nov 2010 à 18h09 par Francois :
N'y a t-il point de commentaires littéraires ?

11 nov 2010 à 18h08 par Yves :
C'est pas mal

11 nov 2010 à 18h08 par Yves92 :
C'est pas mal !

06 oct 2010 à 17h08 par PIU :
Dans ce poème de Baudelaire, un locuteur compare la place du poète dans la société à un albatros : majestueux dans le ciel mais ridicule une fois les pieds posés à terre.
Dès le premier vers le contexte est planté. Il débute par un adverbe temporel (Souvent): ce qui signifie que l’action qui suit sera probablement une action qui se passe assez régulièrement. Ensuite dans ce premier vers on retrouve le sujet et un complément circonstanciel de but, il n’y a toujours pas aucune action. Le sujet (les hommes d’équipages) fait ici clairement référence aux Marins. Ainsi le lecteur sait à l’avance que le poème se déroulera dans le monde maritime.
Après le premier vers, le lecteur ne sait toujours pas de quoi il sera question et c’est au début de ce deuxième que le sujet prend tout son sens. Le locuteur « en il » s’exprime au présent, ce qui renforce ici l’idée que l’action se déroule le plus généralement possible. Les marins autrefois s’ennuyant profondément capturaient des « albatros ». Ce deuxième a une fonction explicative car sitôt l’albatros nommé il est ensuite décrit. Notons aussi, qu’il y a une métonymie, en effet il est mis que l’albatros est un vaste oiseau des mers car ce grand oiseau ne vient pas de la mer à proprement parler, c’est un oiseau maritime volant au dessus des eaux salées. Le lecteur s’imaginerait donc un immense bel oiseaux volant dans le ciel
Une relative compose le troisième vers. Un verbe (qui suivent) attendant un cdv. Puis on continue avec la description de l’animal. On le personnalise, il devient indolent : il ne déploie pas beaucoup d’énergie, il se contente de se laisser porter l’air. Ils accompagnent les marins dans leur voyage. Cela renforce l’idée que les oiseaux sont pacifiques au dessus de tout.
Voici le CDV attendu par le verbe de la relative. Deux métaphore in absentia : (le navire glissant) pour dire que le navire s’avance de manière uniforme sur la mer. Puis on compare la mer a des gouffres amers qui lui donne un sens péjoratif. La mer ne serait pas favorable au navire. L’adjectif amers renforce l’idée que la mer est tout sauf calme. C’est donc un oxymore on remarque la douceur du navire glissant qui laisse à penser que la mer est calme, sur des gouffres qui laissent pensés les eaux agitées.
La seconde strophe change complètement d'optique, étant donné que les marins ont le rôle dominant. Les albatros sont livrés aux regards perforants de l'équipage, la planche symbolise donc un lieu d'exhibition.
Le lecteur peut remarquer un oxymore dans ce sixième vers. On oppose l’idée de l’albatros beaux et majestueux régnant sur les cieux (rois de l’azur), à des êtres maladroits et honteux (ce qui qualifie l’oiseau). C’est une relative qui attend un verbe.
L’adverbe piteux renforce l’idée d’un oiseau qui sur la terre ferme est maladroit, n’a pas sa place en quelque sorte.
Il compare les grandes ailes à des avirons (rame de bateaux), qui font un travaille peu gracieux elles l’encombrent et tout sauf belles. De plus elle traine donc elle sont en surplus elle ne serve à rien sur la terre ferme.
Il personnalise l’animal à un voyageur (donc à un « marin ») il redit par un synonyme qu’il est maladroit, il dit aussi qu’il est veule (donc : faible et mou)
Naguère : pour dire que quand il était dans le ciel il était vraiment beau maintenant est comique et laid. Et maintenant qu’il est sur terre il est comique et laid. Le lecteur a mainteant deux images de l’oiseaux : beaux dans le ciel, laid sur terre. Comique ici a un sens péjoratif…
Dans les deux derniers vers de la troisième strophe, on montre les marins se moquant de ces oiseaux, en les ennuyant avec un brûle gueule ou en mimant l’oiseau. Par l’infirme sui volait le lecteur doit entendre l’albatros. Bec est une synecdote particularisante car ce n’est pas le bec qu’on agace mais l’oiseau.
C’est enfin dans cette dernière strophe que le poème touche à sa conclusion.
Enfin le lecteur sait pourquoi on parle d’un albatros depuis le début du poème. Le locuteur le compare au poète. De plus il dit dans le premier vers par une comparaison que le poète est sembable au prince des nuées. Au prince donc à quelqu’un de grand de majestueux admirable… (nuée égal nuage donc c’est bien l’albatros volant dans les nuages)..
Mais si il est le prince des nuées on l’a obligé à vivre sur la terre (exilé), là ou il est hués donc au milieu de a sociéter.
Car ses ailes de géant l’empêchent de marcher c’est biensûr ici une métaphore, c’est se qui permet au poète de s’envolé de s’évader qui l’empêche de rester sur terre. Autrement dit, c’est le fait d’être constamment en train de rêver qui empêche le poète d’être terre à terre.

c'est mal écrit et c'est loin d'être terminer mais c'est encore un brouillon et si sa peut aider quelqu'un: tant mieux ;)

19 juil 2010 à 12h03 par Moi de la bas :
Waw !!!!

27 mai 2010 à 11h11 par clotilde :
Je ne sais pas quoi mettre comme problématique! Et ma prof est vraiment nulle je comprend rien à son plan! quelqu'un airait une problématique et un plan détaillé svp???

31 mar 2010 à 22h12 par vivelefrancaiscesttropmagique :
VAZY FERME TA GEULE

30 mar 2010 à 23h53 par prof de français :
eh bien anais "auteur" de ce commentaire n'est pas un aigle
grace à ses nombreuses erreurs je n'ai d'ailleurs pas eu grand mal à repérer ceux de mes élèves qui m'ont servi sa prose en la faisant passer pour leurs personnelles cogitations
a quoi le prof sait il qu'on a copié?
aux sottises que l'on recopie sans le moindre esprit critique
aux fautes d'orthographe pittoresques que l'on reproduit scrupuleusement
etc
merci, anais, je me suis régalée!
quant aux élèves qui vous ont servilement lue, ils auront zéro, bien entendu.

27 mar 2010 à 19h12 par yati89 :
l'albatros en lui meme est une présentation personnifiée de Baudelaire dans le cadre de la société auqelle il a choisi comme présentant figuré le groupe des marins avec leur autorité et leur méchanceté.a partir de cette présentation poétique badelaire décris l'injustice dont il'a été victime.

01 nov 2009 à 14h31 par :
Pour la rentrée j'ai un commenatire composé à faire sur ce poème mais je ne sais pas quoi mettre en titre de grande partie pour m'aider ! Merci

14 oct 2009 à 14h25 par Silvia :
slaut a tous

Est ce que dans le dernier quatrain c'est des rimes suivies(plates) ou des rimes croisées ?

merci de me répondre le plus vite possible.

PS: parce que dans une évaluation j'ai mis que dans le dernier quatrain c'était des rimes suivies(plates) mais toute la classe a mis que c'était des rimes croisées.

Bisous!

14 oct 2009 à 14h22 par Silvia :
Le dernier quatrain c'est des rimes suivies(plates) ou des rimes croisées ?

Merci de me répondre le plus vite possible

PS: parce que dans une évaluation j'ai mis que le dernier quatrain c'était des rimes suivies et toute ma classe a mis que c'était rimes croisées

Bisous!

26 sep 2009 à 18h25 par anthony :
s'il vous plaît pourrait on me confirmer l'appartenance au registre lyrique ?

23 juin 2008 à 15h52 par anais :
- Introduction

L'albatros de Charles Baudelaire, poète du 19e siècle, a probablement rédigé ce poème au cours de son voyage dans l'Océan Indien. Cette oeuvre s'inscrit parfaitement dans le romantisme de l'époque étant donné que l'écrivain réussit à transmettre son désespoir au lecteur. L'albatros représente en fait le poète incompris, mélancolique et exclu de la société, ce dernier n'arrive pas à s'identifier aux hommes et s'enferme dans son monde aspirant à la liberté et à la prospérité.

- Développement

Cet écrit allégorique se compose de 4 strophes, toutes formées de 4 vers. La structure métrique de chaque quatrain est constituée d'alexandrins (12 syllabes), de plus les hemistiches sont réguliers, excepté pour les vers onze, treize et quatorze. Les trois premières strophes soulignent une alternance de rimes féminines et masculines tandis que celles du dernier quatrain sont exclusivement masculines. En outre le lecteur remarquera la présence de rimes croisées pour les trois premières strophes et de rimes plates pour le dernier quatrain. Finalement il est important de souligner le caractère dominant des rimes suffisantes tandis que les rimes riches sont nettement plus sporadiques.

Il est normal de se demander pour quelle raison Charles Baudelaire débute le poème avec le terme "souvent". Au cour des trajets à travers le océans l'équipage ainsi que les passagers s'ennuient et ils se divertissent cruellement à maintes reprises en se moquant des albatros. Le verbe "prendre" a une connotation négative, en effet il implique l'idée de capture facile et sans scrupule. Cet acte de "chasse" inexcusable souligne le comportement barbare des marins. Le deuxième alexandrin a une fonction explicative, car les albatros sont décrits comme de vastes oiseaux des mers qui sont obligés de suivre le navire. L'utilisation de l'adjectif qualificatif "vaste" s'explique par le fait que l'envergure d'un tel "prince des nuées", métaphore utilisée pour désigner l'oiseau, peut atteindre les 3,5 mètres. Le lecteur s'imagine d'immenses ailes blanches recouvrant et protégeant les océans. À ceci s'ajoute aussi le caractère pacifique de ces créatures, car nous ne retrouvons aucune hostilité dans le troisième vers. Les albatros sont d'indolents compagnons de voyage, ce qui souligne incontestablement toute la majestuausité dont ils font preuve. Cette paresse liée au navire glissant crée une atmosphère extrêmement calme, qui cela dit peut a tout moment être boulversée par le caractère imprévisible des gouffres amers. Cette métaphore est une image représentant la mer et ses caprices. En outre n'y aurait-il pas deux idées opposées dans ce premier quatrain? La liberté de ces créatures semble se heurter à l'environnement clos du navire. D'un point de vue simpliciste il est donc possible d'associer l'oiseau au poète et les marins du navire, aux citoyens de la société contemporaine de l'époque. La première strophe représente donc déjà la confrontation entre ces deux conceptions du monde. L'auteur a fait preuve de génie en utilisant divers procédés stylistiques: la répétition de la consonne "s" dans le premier et second vers, se traduit par un doux sifflement renforcant l'idée de calme. Le troisième vers est léger étant donné que la répétition de diphtongues identiques appelée encore assonance (indolents/compagnon) améliore la fluidité de l'alexandrin.

La seconde strophe change complètement d'optique, étant donné que les marins ont le rôle dominant. Les alabatros sont livrés aux regards perforants de l'équipage, la planche symbolise donc un lieu d'exhébition. L'antithèse du sixième vers oppose les respectueux albatros, rois des océans et du ciel, à leur maladresse ainsi qu'à leur comportement ridicule. Le septième et huitième alexandrin rafoule le côté merveilleux et somptueux de ces créatures, d'où l'adverbe "piteusement". Selon l'auteur, les grandes ailes blanches, symbolisant la légèreté et fragilité, n'accomplissent rien d'autre qu'une tâche mécanique peu noble, d'où la comparaison avec les avirons (rames de bateau). Ce quatrain a donc pour thème principal l'humiliation des oiseaux.

Le lecteur perçoit une certaine gradation au fil du poème, car la situation des albatros change continuellement: La première strophe décrit l'oiseau et le navire, la seconde raconte la présence de cette espèce sur le navire, puis finalement la troisième relate l'interaction négative entre les albatros et les membres du navire. Nous retrouvons une seconde antithèse au neuvième et dxième vers, car le voyageur ailé est brutalement dévalorisé par les adjectifs "gauche" et "veule" pour finalement être démuni de tout mérite par les adjectifs "comique" et "laid". Jadis admiré par les hommes, il fait désormais l'objet de railleries et ne suscite plus que la dérision. Le onzième et douzième vers illustrent bien le manque de respect face aux albatros. L'équipage taquine l'oiseau puis se moque de lui en reproduisant sa marche ridicule, il subbit donc une douleur physique mais aussi morale. Le terme "brûle-geule", désignant une pipe, appartient à un style bas et vulgaire. En utilisant ce language peu louable, il accentue le mépris qu'éprouvent les marins face aux oiseaux. Le respect a donc totalement disparu.

L'ultime quatrain associe le poète à un prince des nuées, ce qui n'est rien d'autre qu'une métaphore attribuant le titre de "prince des nuages" à l'albatros. Le prestige de l'oiseau est restitué au dixième vers car il hante la tempête. Le poète méprise complètement les hommes c'est la raison pour laquelle il se rit de l'archer. Finalement il se sent intellectuellement supérieur aux hommes, d'où la notion d'exil sur le sol. Il est incompris de la société et n'y trouve pas sa place ce qui explique le dernier vers. Selon Baudelaire, le poète est donc supérieur à cette société et ne s'y sent donc pas à l'aise.

- Conclusion
Par le biais de simples métaphores, comparaisons et antithèses, l'auteur réussit à transmettre l'idée générale au lecteur. Ce texte s'inscrit parfaitement dans le cadre du "mal de vivre", d'où sa grande popularité au sein de la société littéraire. Charles Baudelaire débute d'abord par le récit d'un voyage, puis glisse vers une ridiculisation de l'oiseau pour finalement l'identifier à un poète. Solitude exclusion et tristesse de ces écrivains sont donc à l'ordre du jour.

03 juin 2006 à 21h54 par alex :
moi perso g du mal vaec les textes de baudelaire mais celui ci est le plus comprehensible donc good luck pour l'explication

30 mai 2006 à 15h11 par tutti fruti :
Nous carrément on a pas fait d'explication de texte concernant l'Albatros, sachant que dans deux semaines on passe le bac français!!!

31 oct 2005 à 15h29 par céline :
pour l'albatros moi en cour g fait pluto en 1/ le ciel
en 2/ la terre é en 3/ les symboles si ca pe aidé qqun !!! ;)

22 juin 2005 à 15h26 par maeva :
ben moi g rien a dire sur ce commnetaire ellme parrer bien a par de tris petite s erreure mai sinon sava g fai ce commentaire a loral du bac de francais la prof aver laire satisfaite reste a voir si g reusii mai sion en general je remerci bcp a la presonn qui a fai ce commentaire sans lui jorer pa pu faire le commnetaire pour mon bac ... ben a plus et a tres bientot et je vopi communiquerai ma ote en ligne bientot a pljs et bisoouuuuuuuuuxx

16 mar 2005 à 08h07 par charlott :
L'albatros roi des cieux
chute de l 'albatros
Cruauté des marins
ac analogie entre destin du poete et celui de l'albatros

24 sep 2004 à 22h22 par Nicolas-V :
I/ la vie de baudelaire
II/ est-il l'albatros
III/ sa decheance

24 juin 2004 à 15h33 par charlotte-V :
I. la beauté de l'oiseau symbolisant l'univers spirituel du poète
II. la méchanceté, le sadisme des marins pour la société condamnant baudelaire et la première édition des fleurs du mal
III. la souffrance de l'oiseau et l'image du poète maudit

24 juin 2004 à 11h01 par bouh-V :
pr les axes j'aurai fait:
I.la figure de l'albatros ds sa majesté et son innocence
II.ds sa déchéance
III.la comparaison ac le poète

11 fév 2004 à 18h07 par SARAH-V :
on pourra noter en tout premier axe:l albatros , compagnon des marins. puis en second axe ns noterons : les ressemblances entre l homme et l albatros . baudelaire prend comem alibi l albatros oiseau tres representatif!! bonne cha,ce a tous!! SARAH

18 déc 2003 à 11h55 par seb-V :
nous pouvons remarquer deux axes principaux qui sont l'autobiographie decrite a travers la scene maritime et le symbole que represnte l'albatros et implicitement la liberte de baudelaire

00 0000 à 00h00 par Corniou Cécile :
L'albatros, est un poème de Charles Baudelaire,poète du XVIXème siècle, tiré de son recueil les Fleurs du mal
Ce poème,basé avant tout sur le registre lyrique appartient au symbolisme.
Dans son poème Baudelaire fait l'éloge d' un albatros torturé par des marins.
Dans une première partie nous étudierons l'innocence et la torture de l'oiseau et dans une deuxième partie nous aborderons : le poète en tant qu'albatros.
I.Description de l'albatros.

Laisser un commentaire

Votre commentaire :

Votre nom :