Document

Plan détaillé : La Bête Humaine, chapitre 10

A propos du document

  • Type de document: plan détaillé
  • Disponible sur le site : bac-facile.fr
  • Visité 13477 fois

Vos 19 commentaires sur ce document

28 nov 2018 à 15h05 par tas bite :
nul

15 oct 2015 à 21h10 par Antoine :
Un plan avec des parties, non ?

15 jan 2012 à 09h51 par :
43rwe

17 mai 2011 à 15h22 par SANA CHARFEDDINE :
je veux voir un plan sur tout l'ouvrage pas seulement sur ce chapitre

17 mai 2011 à 15h21 par SANA CHARFEDDINE :
je veux voir un plan sur tout l'ouvrage pas seulement sur ce chapitre

10 mai 2011 à 01h54 par MATHILDE :
Commentaire « La bête humaine »

Au XIXème siècle, Zola décide de définir le naturalisme dont le but est d' être le plus proche possible de la réalité. Son œuvre complète Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire témoigne de cette volonté : elle met en scène les Rougon-Macquart . Le passage étudié ici est extrait de son œuvre La Bête Humaine . Celui-ci se trouve vers la fin du livre. Jacques, qui avait pour projet de tuer le mari de Séverine, sa maîtresse, égorge cette dernière contre toute attente.
Il serait intéressant de se demander en quoi cette scène de meurtre est représentative du projet naturaliste de Zola.
Dans un premier temps, nous nous pencherons sur l'originalité de ce meurtre puis dans un second temps, nous examinerons le caractère du meurtrier.

D'emblée, l'attention se concentre sur le crime dont nous pouvons nous demander s'il est typique ou non.
L'action se passe dans un cadre sombre . En effet, le meurtre a lieu la nuit dans une maison étrange et isolée à côté d'une voie ferrée. La scène est en quelque sorte rythmée par le passage du train qui semble être la seule manifestation de vie.
Les différents éléments créent une ambiance appropriée pour y accueillir un meurtre sanglant.
Le narrateur insiste sur la violence et la gratuité de cet acte. Dès le début de l'extrait, nous retrouvons la couleur rouge autant dans la description de la pièce que dans celle de Séverine. Cette insistance sur la couleur rouge renvoie à la fois au sang versé par Jacques mais aussi à toute une symbolique.
De fait, les significations sont multiples : elle peut aussi signifier l'amour et la passion. L'amour se retrouve dans la description de Séverine qui, bien que morte, est très érotique. La victime malgré son assassinat sanglant conserve un air très sensuel ce qui crée un décalage dérangeant renforcé par le comportement de Jacques qui apparaît comblé dans son désir quasi sexuel : celui d'égorger une femme.
Cependant, une fois satisfait, Jacques prend peu à peu conscience de l'irréparabilité son geste.

Jacques sous le coup de ses émotions, ne saisit pas toutes les conséquences de son crime . Dans un premier temps, ce qui l'emporte, c'est la satisfaction voire la fierté d'avoir pu réaliser son fantasme d'où son expression d' hébétude face au cadavre qu'il contemple froidement comme une œuvre. Ce qui prime chez lui alors, c'est son côté bestial. Puis, à mesure que le temps passe, cette bête qui est en lui disparaît pour laisser place à l'homme civilisé qui a, pendant longtemps rechigné à envisager l'idée du meurtre du mari.
Jacques nous offre l'image d'un homme dont la personnalité est double. D'une part, il renferme en lui des instincts primitifs et incontrôlables, d'autre part, il abrite dans le même temps, les caractéristiques d'un individu policé et civilisé. La vie sociale de l'être humain repose sur l'équilibre de ces deux identités antagonistes. Ainsi, ce qui indique les différents états de Jacques sont exprimés par les les variations de son souffle : « Il entendait un reniflement de bête, grognement de sanglier, rugissement de lion; et il se tranquillisa, c'était lui qui soufflait. ».Cet instant marque une prise de conscience. Une seconde révélation est visible lorsqu'il évoque Flore.
Le narrateur insiste sur le fait que l'assassin est victime d'une fatalité appelée l'hérédité. Ainsi Jacques, quoi qu'il eut fait, ne pouvait être qu' assassin .Il ne possède qu'un libre arbitre limité comme le montre «  pas une heure,depuis un an, sans qu'il eût marché vers l'inévitable »,  « le sourd travail s'achevait » , « un prurit de meurtre » qui rappelle l'infection et montre aussi que l'éducation qu'a reçue Jacques n'a servi qu'à épargner le mari de Séverine. La situation est ironique et tragique car Jacques voulait se débarrasser avant toute chose de ce mari.

Jacques est représentatif du héros zolien victime des ses gènes mais aussi de circonstances qui lui sont fatales et le privent de tout bonheur dans une société en pleine mutation sociale et économique où de nouveaux codes se définissent. C'est la raison pour laquelle Zola mais aussi Balzac ou encore Stendhal cherchent à reproduire la réalité pour ce qu'elle est, en bien ou en mal, voulant à tout prix faire preuve de vraisemblance. Ces auteurs contribueront à redéfinir ce qu'est un personnage romanesque de même qu'ils modifieront les thèmes propres au roman.

13 fév 2011 à 10h57 par mat-gf38 :
bonne analyse

31 déc 2010 à 16h33 par iiiiiiiiiiii :
un commentaire bien mais pas complet

19 nov 2010 à 00h18 par InconuuU :
^Je trouve que ce commentaire est très détailler, étant donné les exigences de ma professeur de français merci, encore, car sans cela, je n'y arriverais pas =D

22 sep 2010 à 21h10 par docteur feuss :
c pourri ce site bordel

03 nov 2009 à 12h24 par pfffff :
pfff sa marche méme pas

03 déc 2006 à 16h31 par Lily :
Un commentaire pas mal, meme si un peu trop superficiel à mon goût...

27 jan 2006 à 13h17 par :
pourrai je avoir le commentaire redigé de "l" enterrement" de Verlaine merci d'avance.cordialemnt julie

06 oct 2004 à 17h11 par deluce :
portrait dun meneur par zola

05 oct 2004 à 18h43 par 1 personn :
bon ba j léss 1 commentér
cé bien d triché
dic donc!!

12 avr 2004 à 12h40 par camille-V :
j'ai aussi besoin de beaucoup d'aide pour faire le commentaire composé de ce chapitre !!!!!!!!!

07 mar 2004 à 13h24 par jules-V :
pourai ton m'aidé a faire un commentaire composé sur ce chapitre merci

09 jan 2004 à 19h48 par kkn de bien-V :
c nul!

09 jan 2004 à 18h28 par lili-V :
moi j'aurai préféré avoir un plan sur tout l'ouvrage pa seulement sur un chapitre!

Laisser un commentaire

Votre commentaire :

Votre nom :