Document

Explication de texte : Essais : Livre III, 2 : Du repentir

A propos du document

  • Type de document: explication de texte
  • Disponible sur le site : fichesdelecture
  • Visité 7301 fois

Vos 3 commentaires sur ce document

25 juin 2018 à 09h06 par Mangez moins de viande. :
Montaigne est l’inventeur du genre de l’essai, il écrit dans sa bibliothèque, où il vivait retiré les trois tomes des Essais sont resté ouvert aux nombreux ajouts de leur auteur, jusqu’à sa mort. Ils forment une œuvre monumentale de 107 chapitres. En 1580, Montaigne nous a annoncé : « je suis moi-même la matière de mon livre ». Ce texte explique et justifie son dessein d’entreprendre une autobiographie, c’est-à-dire peindre son « moi » tel qu’il le conçoit. Le texte ici va montrer les difficultés de se saisir, l’instabilité universelle.
Comment l’écriture va pouvoir s’adapter à la mobilité de toutes choses ?
I/ Mobilité universelle.
Mouvement du texte = pas de paragraphe :
• Première ligne « les autres » = les hommes ; « les autres forment l’autre, je le récite » l.1. On parle des autres à moi.
• Puis du moi au monde l.5 et 6 « le monde… » Puis on revient au moi l.10 « je ne puis assurer… »
•Puis du moi on va passer à l’écrivain l.12 « je ne peins pas l’être, je peins le passage… »
•Et de l’écrivain sa sera « chaque homme » l.27.
→Cette mobilité de cette structure est de l’ordre de la spirale, le moi et le monde agissent sur l’autre.
Images de mouvement :
-dans les verbes « toute choses y branlent » l.7 et « Je ne pourrai tantôt changer » l.16
-dans les phrases affirmatives « Il va trouble est chancelant » l.10
- Une fixation = un « si » ou une négation ex : l.10 « Je ne puis assurer mon objet » ou un « si » hyperbolique l.23 « Si mon âme pouvait prendre pied. »
- « Le monde n’est qu’un branloire pérenne » l.6 forme restrictive.
→ périphrase métaphorique reprend le verbe « branle » et va l’associer à « pérenne » (Idée que la Terre va reprendre le même endroit dans 24h plus tard, idée de multiplier le mouvement à l’infini)
Il souligne l’immobilité :
- des pyramides, l.7« Les rochers du Caucase »= image de stabilité ; Montaigne paradoxe.
- du temps « en l’instant » l.12, « en ce point » l.11, « de minute en minute » l.15, locution temporelle, un temps contingent (temps immédiat).
« Je ne me contredis bien à l’aventure » l.22 = Présence du hasard, nouveau car le hasard n’exister pas au 16ème siècle.
II/ La définition du progrès chez Montaigne
Il veut faire un portrait de lui-même, « Les traits de ma peinture » l.4 ; « Je ne peins le passage » l.13. Répétition du mot « peints », une négative l’autre pas.
« Façonner » l.2 = l’écrivain est apparenté à un sculpteur, sa vie sera son argile et il essaye de la façonner.
Idée de précision, « c’est un contrôle » l.17 et ce contrôle va être « récité » l.1 Difficulté de la peinture du soi, ce n’est pas un peintre, le « je » est un « je » d’artisan du modèle le sujet n’a aucune certitude « je ne pourrais changer » l.16.
Il envisage la possibilité d’un quelqu’un d’autre l.18 « et d’imagination irrésolues » ; il revendique qu’il puisse changer de point de vue, le sujet est susceptible d’un tas d’autre chose. Il veut montrer que sa vie est une vie particulière « vie basse et sans lustre » l.25
→ On recherche tout ce qui se cache derrière l’apparence.
III/ Une écriture en mouvement.
Les balancements de l’écriture (balançoire), toute ces phrases sont écris en structure binaire l.14-15 « de sept en sept ans, mais de jour en jour » Le rythme est un rythme qui mime l’oscillation permanent d’un état à un autre.
Opposition entre une négative et une affirmative l.12-13 «Je ne peins pas l’être, je peins le passage ». Le lecteur sent la difficulté à dire le « moi ». Le texte alterne entre une phrase courte et une phrase longue. C’est donc une écriture de l’essai qui ne fixe rien sinon des vertiges (de la connaissance)
Le « je » donne son unité au portrait, un « je » qui s’oppose aux autres l.14 « ou comme dit le peuple… » Opposition aux autre, aux écrivains aussi l.29 à la fin (opposition au projet de St Augustin (confessions))
Montaigne refuse ici le repentir qui considère ici comme une trahison de soi-même.
Insister sur : Le nouveau genre littéraire, l’essai sur l’humanisme
Et même peut-être sur la naissance de l’autobiographie.

17 sep 2015 à 09h36 par psg :
ZLatan IBRA

03 juil 2012 à 13h46 par inconnu :
I une reflexion sur l'homme
a) lexique de l'homme
b) l'inconstance
II Le projet
a) le projet lui-même
b) la critique
c) les arguments

Laisser un commentaire

Votre commentaire :

Votre nom :