Document

Explication de texte : Essais : Livre I, XXX : Des cannibales

A propos du document

  • Type de document: explication de texte
  • Disponible sur le site : fichesdelecture
  • Visité 8327 fois

Vos 15 commentaires sur ce document

23 juin 2012 à 09h52 par quentin de toulouse :
lol

22 mai 2012 à 22h47 par Inconue :
vous en voulez plus?

22 mai 2012 à 22h46 par Inconue :
Introduction
Ce texte est un extrait du chapitre « des cannibales » des Essais de Montaigne écrits au XVIème siècle, en plein milieu des guerres de religion et de l’expansion de l’Europe vers le nouveau monde. Il montre la relativité des jugements et critique l’ethnocentrisme européen. Il observe, compare leurs mœurs et tente d’acquérir une objectivité optimale et de se libérer de ses préjugés. Comment lorsqu’on est sensible aux barbaries sévissant dans son pays peut on considérer celles que l’on considère être le fait des barbares ? L’expression « l’autre monde » place le débat du coté des barbares. Cette fois ci, ce sont les conquis qui affublent les Portugais de cette appellation. Montaigne déplace le problème de l’ethnocentrisme : le regard part des Barbares vers les Européens. Cette expression sert la thèse de la relativité des jugements au cœur de la délibération des Essais.
La thèse de Montaigne est énumérée avant : « or, je trouve, pour revenir à mon propos qu’il n’y a rien de barbare et de sauvage dans cette nation…sinon que chacun appelle barbarie ce qui n’est pas de son usage ».

22 mai 2012 à 22h46 par Inconue :
Des Cannibales est une comparaison entre le monde européen et le nouveau monde c’est à dire les indiens (par rapport aux Portugais). Cette situation racontée à partir d’une véritable rencontre de Montaigne à Rouen.
La première étape met en scène les indiens dans leurs rites et leurs habitudes, le sort qu’ils réservent à leurs ennemis pendant la guerre : ils rapportent des trophées, traitent bien le prisonnier de son vivant puis ils le tuent pour le partager et le manger entre amis. C’est une pratique sociale justifiée par une extrême vengeance (l.18).
Dans la deuxième étape, Montaigne adopte le point de vue des Indiens face aux Portugais et leurs adversaires. Les Indiens voient les Portugais comme « ces gens de l’autre monde », ils décrivent les exactions portugaises à l’infinitif (enterrer, tirer, pendre) et pensent que « cette sorte de vengeance devait être plus aigre que la leur ». Ce que font les européens est plus raffiné en matière de cruauté. Les Indiens ont établi un jugement de valeur dans les tortures. Les Portugais sont décrits comme « les beaucoup plus grands maîtres, en malice, beaucoup de vices… » ce qui pose la question : Qui est le barbare ?
La troisième partie voit l’apparition du « je », Montaigne intervient. Le « nous » renvoie aux européens et aux lecteurs. Il dit que l’on n’est pas ou que l’on ne veut pas être capable de reconnaître notre propre barbarie. Il met en évidence le fait que les Indiens vont tuer puis manger leurs ennemis tandis que les Européens vont les torturer avant de les tuer. La parenthèse fait appel aux guerres de religions (chose très rare dans Les Essais).

21 avr 2012 à 19h36 par :
musliima foooor eveeer <3

21 avr 2012 à 19h35 par :
sayaai je pigee c payaan ! lol y son srxx la comme si jalaii achter leur explicatioon de textee pfff jprefere encore rester dan le flou lol

21 avr 2012 à 19h33 par musliima :
je cherche une siimple explication de texte et i m'soorte d truc de fou ^^' eh beeh...

21 avr 2012 à 19h32 par musliima :
C QUOI CE SITE ?

26 jan 2012 à 20h01 par A la nouille :
Je prend plaisir à me dépatouiller.

15 déc 2011 à 19h07 par JJ :
Je m'apelle James , james bond

28 sep 2011 à 18h33 par lol :
abuser

21 mar 2011 à 19h41 par fan de Montaigne :
JE m'appelle Jean Jacques

13 jan 2010 à 10h33 par pour TexMex et Bisounours rose.. :
ok si c pr dire des conneries ne dite rien !!!
yen a ki voudrai avoir des reponses tc !!!

21 oct 2009 à 19h41 par Bisounours rose :
Hihi!

12 oct 2009 à 15h27 par TexMex :
je m'appelle Jean

Laisser un commentaire

Votre commentaire :

Votre nom :