Document

Dissertation : Sous les masques, quel est le véritable visage de Dom Juan et de son auteur ?

A propos du document

  • Type de document: dissertation
  • Disponible sur le site : dissertationsgratuites.fr
  • Visité 3480 fois

Vos 2 commentaires sur ce document

16 mar 2012 à 09h31 par :
ok tg

12 fév 2012 à 16h44 par :
* Scène 1 Scène de transition , D.J. s’en tient à sa position " rationaliste " mais son énervement (menace de violences physiques) devant le discours moralisateur de SG. trahit la secrète inquiétude du héros.
* Scènes 2et 3 Première visite : Monsieur Dimanche : le créancier de D.J. Celui-ci ne respecte aucun code de la société, il est normal qu’il ait des dettes . Monsieur Dimanche incarne le bourgeois : la classe sociale montante , celle qui peu à peu prend le pouvoir car elle possède l’argent .
Scène de comédie : le bourgeois complexé (car il est d’une classe sociale inférieure) devant le gentilhomme qui le manipule . D.J. multiplie les marques de civilité, il fait du créancier un hôte privilégié , jeu sur les sièges : la règle des bienséances veut qu’on ne peut s’asseoir que devant son égal ; Monsieur Dimanche est incapable de s’exprimer, D.J. ,lui, impose le sujet de conversation : sa famille , multiplie les détails gênants , passe en revue (de façon décroissante) tous les membres , multiplie les marques d’hypocrisie (ironie) .L’invitation à dîner affole le roturier qui bat en retraite ,incapable de réclamer son dû. D.J. accroît sa confusion en lui proposant de le raccompagner et dernière moquerie en lui donnant l’accolade.
C’est la bonne manière pour se débarrasser d’un créancier. La dernière partie de la scène est une reprise , SG. endetté lui aussi , se montre moins habile et la comédie se transforme en farce : SG. éjectant Monsieur Dimanche .
Scène qui allège l’atmosphère. Comédie de mœurs , comique de répétition, de gestes ,.Rythme rapide .
Une nouvelle fois D.J. manipule mais l’adversaire n’est pas de taille. SG. a des points communs avec son maître .
* Scène 4 Deuxième visite : le père : Don Louis . Scène opposée à la précédente . Tension dramatique
Apparition inattendue qui souligne l’isolement du héros qui perd ses derniers soutiens .
D.J. est redevable à Don Louis de son statut de fils et st de son statut de noble
ETUDE DE LA TIRADE
Quel acte d'accusation ce sermon paternel dresse-t-il ?
Cliquer sur la cible pour avoir la réponse développée et organisée
* Scène 5 Souhaits de mort proférés par D.J. = suprême insolence Transgression d’un interdit moral et social.
Cependant Molière évite la dramatisation excessive en faisant intervenir SG. horrifié mais effectuant une nouvelle prouesse verbale par couardise .
* Scène 6 Avant dernière visite : Done Elvire ( le souper est de nouveau différé) Réapparition du personnage qui donne une certaine continuité à l’intrigue : cf. les indications temporelles qu’elle fournit assez invraisemblables mais qui rappellent que l’action a progressé Þ chez D.J.le mal s’est aggravé , Elvire a suivi une progression inverse . Elle retourne à l’amour mystique – abandonnant définitivement l’amour profane . (langage entièrement marqué par le mysticisme et la dévotion vraie .) Done Elvire représente tout ce que le libertin déteste : le lien (mariage) , l’échec (il avait réussi à l’enlever à Dieu , Dieu l’a lui reprend ) la loyauté morale et sociale . Grandeur tragique du personnage qui a le respect de la parole donnée .
Elvire est venu lui faire part d’un avis du Ciel . Elle voit clairement le châtiment prochain de D.J. et veut s’assurer son salut .
L’exaltation de Done Elvire ébranle SG. mais pas D.J. qui ironise. Le début de la scène suivante nous apprend l’effet que cette intervention a eu sur lui : son émotion est sensuelle ; ce qui réveille son ardeur ,c’est la transformation d’Elvire, son retour à Dieu .
* Scène 7 Bouffonneries après le pathétique ( Les " lazzi " de la commedia dell’arte = plaisanteries)
Manger , occupation très terre à terre est le seul souci de D.J. ; qui oppose son matérialisme à l’intervention de Done Elvire Goinfrerie de SG. , vivacité des répliques , comique de gestes . C’est aussi l’insouciance de D.J. qui est soulignée , il n’accorde aucun crédit aux menaces réitérées . La statue du commandeur surgit au milieu de cette farce . (Cf. le sous titre de la pièce : " le festin de pierre ") Irruption du fantastique . Effroi de SG. mais DJ. Ne laisse pas paraître son trouble .
* Scène 8 : très brève . Fébrilité dans les gestes et les propos de D.J. Son souci : honorer l’hôte .
Peur de SG. , nouvelle note comique dans cet acte qui s’achève dans le noir.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
ACTE V Lieu : extérieur, devant la porte d’une ville ; Temps = le lendemain ? (" hier au soir ")
* Scène 1On peut parler ici de métamorphose car il s’agit de changement dans la forme .Il joue le fils soumis mais D.J. reste profondément le même comme le montre le début (la didascalie initiale : faisant l’hypocrite doit avertir le spectateur de la supercherie)
Don Louis prudent mais D.J. sait user de la rhétorique dévote (cf. Tartuffe) Il use de son art de séducteur : puissance de son raisonnement à la clarté logique .
1 : il revient brièvement au passé , le processus de sa conversion , il en constate la soudaineté (" hier au soir…tout d’un cou…surprendre…soudain changement ") 2 : puis il emploie le présent pour décrire le résultat de cette transformation ( en fait paraphrase du discours précédent du père et de celui de son épouse ) Argument de poids : il a trop abusé de la bonté du ciel . 3 : recours au futur pour souligner son but : rendre publique sa conversion. Pieuses résolutions prononcées sur un ton suave (doux)
D. Louis , touché se laisse berner . Vérité psychologique : trompé par son affection de père .
* Scène 2 SG ; a l’émotion facile s’est lui aussi laissé prendre (" je sais mon Don Juan sur le bout du doigts " disait-il pourtant en 2/I) Double déception :-pour D.J. dépit devant tant de naïveté ; son élève a fait peu de profit de ses leçons : même SG . ne le comprend pas ; -pour SG. déception à la hauteur de ses espérances : il en bafouille .
Donc explications du maître sur l’ intérêt matériel " du stratagème " qui permet de se mettre à couvert .
SG. , balourd ne comprend pas donc nouvelle leçon (après la pratique , la théorie ) qui porte cette fois sur "un vice à la mode :l ‘hypocrisie.
La tirade de l’inconstance " ouvre " la pièce , celle de l’hypocrisie apparaît symétrique puisqu’elle précède le dénouement
L'hypocrite est présenté comme un acteur ( cf. Tartuffe) et doit permettre au héros de se mettre à couvert .
C'est aussi un nouvel exemple des capacités d'un orateur doué. Registre dramatique.
Réponse de Sganarelle :indignation du témoin horrifié . Terreur religieuse (ô Ciel) admiration ? quel homme
Tirade de Sg. = galimatias , une accumulation de phrases sans liens , ensemble dépourvu de sens
Conclusion sur une prédiction et par conséquent mais proféré ainsi sans lien logique = dérisoire
Remarques :Mélange des styles (du grave au cocasse) opposition entre la cohérence des propos de D.J. et l’ineptie du raisonnement de Sg.
Effet ? = Discréditer la vertu (Sg.,son représentant est ridicule )Valoriser le vice (prestige de la rhétorique de D.J.)
* Scène 3 Scène satirique = nouvelle démonstration mais Dom Carlos ne se laisse pas abuser , D.J. se moque de D.C. son hypocrisie est trop flagrante . Outrance du personnage . Comique de répétition qui tourne en ridicule son adversaire . D.J. redevient lui - même il exaspère un adversaire réel et dangereux . En fait, cette scène démontre que l’hypocrisie ne convient pas à D.J. : attitude de fourbe , sans panache . Contraire à la fierté du héros.
* Scène 4 5 6 Dénouement rapide , concis = intensité + dramatique
3 temps : 1. D.J. face à un spectre 2. D.J. face à la statue du commandeur 3. Epilogue = les propos de SG.
Face au spectre = ultime avertissement
spectre =remords , culpabilité ( femme = D.Elvire ? Toutes les victimes féminine de D.J. ? )
Allégorie du temps = D.J. est celui qui vit dans l’instant , le temporel face à l’éternel ? )
Clémence du ciel refusée par D.J. fidèle à lui même : cherche une explication rationnelle puis en tirant l’épée affirme son obstination , l’épée= la révolte et la volonté de donner une dimension humaine à l’apparition .
Dernière réplique (V5) = volonté de vivre comme si rien ne s’était produit.
Dénouement (deus ex machina ) chrétien ( Surnaturel chrétien , représentation chrétienne de l’enfer) il s’agit avant tout d’un châtiment . Démesure de sa mort en rapport avec la démesure de sa vie . Mise en scène baroque.

Laisser un commentaire

Votre commentaire :

Votre nom :