Document

Fiche : L'isolement : analyse de la structure

A propos du document

  • Type de document: fiche
  • Disponible sur le site : site perso Lycos
  • Visité 22421 fois

Vos 27 commentaires sur ce document

14 sep 2017 à 14h48 par :
Merci de faire plus poliment cher Jean Pierre

14 sep 2017 à 14h45 par Jean-Pierre :
Tg Amélie tu dit que de la merde.

14 sep 2017 à 14h45 par Amelie :
ce texte m'intéresse je pense lire tout les soirs avant de me coucher

14 sep 2017 à 14h41 par Jean-Pierre :
Ce texte est beaucoup trop compliqué pour des personnes de 50 ans.

06 jan 2015 à 08h26 par tlasd :
c bete on veut voir un exemple

06 jan 2015 à 08h26 par tlasd :
c bete on veut voir un exemple

29 oct 2013 à 16h34 par lml :
Personne aurait trouvé un site internet qui explique l'isolement de Lamartine ?

31 mar 2013 à 15h26 par MB :
Je peux mettre quoi comme sous parties pour l'axe : l'aspiration à un ailleurs ?

21 déc 2012 à 17h12 par 67strass :
halllloo

17 sep 2012 à 19h24 par mamayouyou :
trop compliquer pour des secondes srx mais sinon sa doit etre bien pour des classes superieur!

04 fév 2012 à 10h15 par Anaïs :
Très bon commentaire, mais qui ne peut s'adresser aux élèves de seconde car, trop complexe. Mais merci du coup de main, je m'en servirais.

07 mar 2011 à 13h31 par :
Sommaire:

Introduction

I) Le cadre spatial

A. La nature magnifiée
B. L'arrivée d'un moment particulier
C. Les différents contrastes

II) Les différents états d'esprit du poète

A. Un poète triste
B. Un poète désespéré
C. Une envie de mettre fin à ses jours

III) L'isolement du poète

A. Le champ lexical de l'infini
B. Le champ lexical de la solitude
C. Un monologue

Conclusion

Poème étudié:

Souvent sur la montagne, à l'ombre du vieux chêne,
Au coucher du soleil, tristement je m'assieds ;
Je promène au hasard mes regards sur la plaine,
Dont le tableau changeant se déroule à mes pieds.

Ici gronde le fleuve aux vagues écumantes ;
Il serpente, et s'enfonce en un lointain obscur ;
Là le lac immobile étend ses eaux dormantes
Où l'étoile du soir se lève dans l'azur.

Au sommet de ces monts couronnés de bois sombres,
Le crépuscule encor jette un dernier rayon ;
Et le char vaporeux de la reine des ombres
Monte, et blanchit déjà les bords de l'horizon.

Cependant, s'élançant de la flèche gothique,
Un son religieux se répand dans les airs :
Le voyageur s'arrête, et la cloche rustique
Aux derniers bruits du jour mêle de saints concerts.

Mais à ces doux tableaux mon âme indifférente
N'éprouve devant eux ni charme ni transports ;
Je contemple la terre ainsi qu'une ombre errante
Le soleil des vivants n'échauffe plus les morts.

De colline en colline en vain portant ma vue,
Du sud à l'aquilon, de l'aurore au couchant,
Je parcours tous les points de l'immense étendue,
Et je dis : " Nulle part le bonheur ne m'attend. "

Que me font ces vallons, ces palais, ces chaumières,
Vains objets dont pour moi le charme est envolé ?
Fleuves, rochers, forêts, solitudes si chères,
Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé !

Que le tour du soleil ou commence ou s'achève,
D'un oeil indifférent je le suis dans son cours ;
En un ciel sombre ou pur qu'il se couche ou se lève,
Qu'importe le soleil ? je n'attends rien des jours.

Quand je pourrais le suivre en sa vaste carrière,
Mes yeux verraient partout le vide et les déserts :
Je ne désire rien de tout ce qu'il éclaire;
Je ne demande rien à l'immense univers.

Mais peut-être au-delà des bornes de sa sphère,
Lieux où le vrai soleil éclaire d'autres cieux,
Si je pouvais laisser ma dépouille à la terre,
Ce que j'ai tant rêvé paraîtrait à mes yeux !

Là, je m'enivrerais à la source où j'aspire ;
Là, je retrouverais et l'espoir et l'amour,
Et ce bien idéal que toute âme désire,
Et qui n'a pas de nom au terrestre séjour !

Que ne puîs-je, porté sur le char de l'Aurore,
Vague objet de mes voeux, m'élancer jusqu'à toi !
Sur la terre d'exil pourquoi resté-je encore ?
Il n'est rien de commun entre la terre et moi.

Quand là feuille des bois tombe dans la prairie,
Le vent du soir s'élève et l'arrache aux vallons ;
Et moi, je suis semblable à la feuille flétrie :
Emportez-moi comme elle, orageux aquilons !

29 juin 2009 à 17h04 par Francku2A :
Simple sa peut aller merci sa aide pour le bac Français J-2 mdr

03 mar 2009 à 14h35 par Coco :
Beaucoup trop long, trop complquer et prise de tête...
Dommage, l'idée est bonne...

05 jan 2007 à 14h27 par nassima :
merci pour ce commentaire très riche et qui ma beaucoup aider

15 juin 2006 à 11h03 par :
vrémen trop complexe ce commentaire mais il y a quand méme dé bon point a tiré.

03 juin 2006 à 18h14 par kate :
trop compliqué, meme pour une élève de 1ére qui passe son bac dans 2 jours!!!

03 juin 2006 à 18h13 par kate :
trop compliqué, meme pour une élève de 1ére qui passe son bac dans 2 jours!!!

14 fév 2006 à 19h04 par prout' :
vraiment trop poussé comme commentaire!!!
c trop détaillé , trop complexe pour des lycéens...
je compren kdalle mdr

14 fév 2006 à 19h04 par prout' :
vraiment trop poussé comme commentaire!!!
c trop détaillé , trop complexe pour des lycéens...
je compren kdalle mdr

19 déc 2005 à 10h21 par ... :
un peu trop poussé comme commentaire...et pas du tout destiné à des élèves de lycée je pense

01 oct 2005 à 17h34 par :
trés bon commentaire, trés riche sur le plan sémantique et stylistique. ça change des commentaires bateaux (thématiques)

07 juin 2005 à 17h15 par lucie :
il est où le plan? comment on fait ?

19 fév 2005 à 01h41 par :
Moi aussi je suis en 2nd et c clair que c'est pas un truc comme ça qui va m'aider.incompréhensible!! ça encourage!

29 nov 2004 à 20h31 par :
Umh, c'est quoi ça! Vraiment trop complexe comme analyse, ya rien a comprendre si t'as pas fais des cours de littérature à l'université...

24 mai 2004 à 18h52 par snifo-V :
moi personelement jsui en 2nd et ce grand commantaire de fou va ma servir a rien c trop détaillé c pa de mon nivo, je comprend rien lol

03 mai 2004 à 12h46 par polonico-V :
memoires politiques

Laisser un commentaire

Votre commentaire :

Votre nom :