La Grande Peur dans la montagne

0 document sur La Grande Peur dans la montagne

0 citation de La Grande Peur dans la montagne

0 texte extrait de La Grande Peur dans la montagne

0 texte :

Aucun résultat trouvé

Vos 1 commentaire sur La Grande Peur dans la montagne

13 mar 2007 à 18h43 par Hans :
Résumée: La grande peur dans la Montagne

Ch. 1
S. 5-7
Le Conseil général a une séance pendant 3 heures. Ils discutent s’ils peuvent réutiliser le pâturage en haut, nommé Sasseneneire. Il y a deux partis dans le conseil, celle des vieux et celle des jeunes, avec le président. Ce pâturage offrirait de la nourriture pour 70 bêtes. Mais les vieux ne veulent plus utiliser la Sasseneneire, parce qu’il y avait une histoire il y a vingt ans qui est encore dans tous les têtes des vieux. Finalement, ils font un vote, et les jeunes réussissent.

Thèmes:
Jeunes et vieux qui ont des opinions opposé.

Ch. 2
S. 8-18
Le président et son cousin on eu une conversation à noël. Là, tout l’affaire a commencé. Crittin a voulu voir cette montagne non utilisé pour la prêter après à des bonnes conditions. Après tout est réglé, cinq personnages (le président, Crittin, son neveu, Compondu et le garde communal) se mettent à grimper vers le pâturage en mai. La marche se montre plus long et dur que attendu. En haut, tout est couvert de neige, les cinq migrants enfoncent dans la neige jusqu’au genou. Il y a un torrent qu’ils croisent plusieurs fois. Mais finalement ils atteindrent tous le pâturage et son chalet un peut détraqué et il l’examinent.

Narrateur:
Peut-être un des jeunes, mais il sait quand même la conversation entre le président et P. Crittin. (p.11, 1e l.: mais, nous autres, on s’en moque un peu) narrateur sait tout: (S. 11 1ème ligne: le président pensait:…)

Ch. 3
S. 19-27
Après tout est arrangé, et les papiers sont signés, on envoie une corvée (Frondienst) en haut pour faire des réparations et on transporte des affaires essentielles comme la chaudière à fromage en haut.
Mais le président ne trouve qu’une personne qui veut accompagner Crittin sur le pâturage. C’est Clou, il a une male réputation. Il y a encore Joseph, il veut y aller pour gagner d’argent pour son mariage à venir. Sa copine Victorienne ne sait pas vraiment si c’est une bonne idée parce qu’elle ne fait pas confiance à la Sasseneneire. C’est déjà le commencement du juin.


Narrateur:
(p.20: il se tenait devant vous…): absolument bizarre qu’il dit «vous», j’ai aucune idée pourquoi. Il le fait aussi à la migration.
Le narrateur joue avec l’entourage, avec la nature. La Montagne est d’abord rose, et, ainsi que la s’altère, elle devient grise.
Par ailleurs, il décrit bien l’ambiance.


Ch. 4
S. 28-40
Le président a quand même trouvé un troupeau pour accompagner Crittin sur le pâturage. Il y a Barthèlmy, qui était déjà sur la Sasseneire la première fois, un garçon de treize ans, Joseph, Romain et finalement Clou. Barthlemy se fait une amulette avec un papier trempé dans le lac St. Maurice. Les autres s’en moquent. Les citoyens ne sont pas sûr si c’est opportun de faire une fête à cause des histoires. Mais, finalement, le président réussit à convaincre les autres et ils font une grande jolie fête. Ils marchent tous sur la Sasseneneire et redescendent le soir. Il est dur pour Joseph d’abandonner sa copine Victorinne. Il la vois supprimer, donc il est un peut confus. A la fin du chapitre, Joseph est retourné et regarde le feu.

Ch. 5
p. 41-52
Ils se sont installés sur la Sasseneneire. Joseph, Romain et le boûbe s’occupe du troupeau, Clou et Barthélemy du voisinage du chalet et Crittin et son neuveu de l’intérieur du chalet. Un soir, le vieux Barthélemy raconte la fameuse histoire de la dernière fois qu’ils étaient sur ce pâturage, il y a 20 ans. Un homme fort est mort à cause d’une écharde (Holzsplitter) de laquelle il a été piqué, et le maître de la groupe a été trouvé mort après avoir chassé. Et finalement, n’importe quoi a voulu entrer dans le chalet en nuit, mais Barthélemy a calée la porte avec le pied toute la nuit.

Ch. 6
p. 52-63
On est maintenant dans la perspective des citoyens. Un jour, le petit Ernest descend du pâturage, il n’arrête pas de trembler. Il raconte qu’il a entendu du des enjambées sur le toit, dont le vieux Barthèlmy lui a raconté.
Après, Romain descend de la Sasseneneire pour délivrer la messagerie. Il est en retard parce qu’il chasse des animaux en route au lieu de descendre vite. Au village, il dit que son retard est parce qu’il a fallu attraper une vache qui s’est sauvé sur le pâturage. La soirée, il se met sur le chemin de retour. Il est un peut enivré, et le narrateur ne raconte pas exactement ce qu’il fait, probablement il a fait la chasse encore une fois. Mais justement avant minuit, il est retourné au village et raconte au président que son mulet se serait déroché (abgestürzt). Le prochain jour, le président laisse chercher le mulet dans la gorge du torrent, mais ils ne le trouvent pas. Ainsi le président donne son mulet à Romain est l’engage à retourner à la Sasseneneire.

Ch. 7
p. 64-76
Romain remonte sur le pâturage. Arrivé là, il ne voit personne. Il le faut avancer jusqu’ à l’abri des bête pour qu’il aperçoit sa troupe. Ils se penchent sur une bête qui a «la Maladie». Le maître envoie Romain tout de suite sur le chemin de retour pour dire à Pont (le docteur?) de monter.
Aprés, le ciel se couvre graduellement. Les nuages se descendent jusque le chalet se confonde avec l'alentour, et les bêtes ne peuvent plus se voir. Joseph, qui sait qu'il ne peut plus descendre à cause de la maladie, sortis (du chalet?) et va au pâturage. Il longe le torrent, entre des pierres et de rocs. Il ne sait pas vraiment où il se trouve, et il regrette d'avoir parti sa copine là-dessous.
Joseph s'imagine comment Romain va au village pour annoncer la nouvelle (qu'ils on la maladie la-haut).Puis, Joseph arrive sur le pâturage. Là après avoir s'étonné de la nature et de la solitude, tout à coup, Clou s'approche. Il dit, que ceux du chalet sont foutus (kaputt/tot?) à cause de la maladie. Et lui, Clou, a trouvé des endroits où il y a des pierres precieuse (Edelsteine) et veux que Joseph l'aide à trouver plus. Il veux les chercher jusqu'ils ont e fuffisance, puis il veus se passer par less cols (Gebirgshals), et laisser mourir les autres. Mais Joseph, entendant ce plan, se met à toute vitesse au-dessous.


Le narrateur joue avec la nature (p. 70:):
«Comme si on était arrivé au bout de la vie, au bout du monde» (Romain avant un paroi)
Il n'y a pas de vie là-haut: «un reste de vie qui ferait du bien, tellement tout est mort ici.»
Il est tout proche de ce qui se passe: «l'eau tobait autours de vous sur la terre battue.» Donc ils dit vous aux personages que se trouves dans le chalet.

La Nature: On voit bien que la nature est beaucoup plus fort que l'homme. L'homme est tout à fait exposé à la nature.

Ch. 8

p.77-93
Pont, qui connais bien les maladies (et particulièrement cette «maladie», « à laquelle on ne connaît aunun remède » (78)) des bêtes, il monte avec un garde, et Romain ne monte pas avec lui parce qu'il n'était plus trouvé. Au village, ils ont crée un poste de quatres hommes pour empêcher que quelqu'un de la sasseneire puisse descendre et diffuser la Maladie. En ville, on est tout inquieté. Le petit Ernest est toujours malade. Arrivé à la Sasseneneire, Pont met ses sur-habits pour ne pas devenir contaminé. Il observe les bêtes, et dit aux gens de tuer les trois bêtes malade. Les gens là-haut le font pour après les enterrer. Sur la Sasseneneire, Clou s'en va. Il fait aux autres un sign d'aller. Tout le village est encore plus inquièté à cause du message qui est rapporté par Pont (que c'est la maladie). Victorine est tout triste de tout ça. Elle pense que Joseph est perdu.


La Maladie:
se met d'abord dans les sabots et le bouche des bêtes, puis la fièvre les prends, et ils maigrissent. Puis ils crèvent. Il faudrait enfouir les bêtes contaminé.
Le germe (Keim, Ursache) de cette M. est mysterieux.















Laisser un commentaire

Votre commentaire :

Votre nom :