L'Enfant de Noé

0 document sur L'Enfant de Noé

0 citation de L'Enfant de Noé

0 texte extrait de L'Enfant de Noé

0 texte :

Aucun résultat trouvé

Vos 3 commentaires sur L'Enfant de Noé

17 déc 2009 à 15h40 par lola :
Pourrai-je avoir un résumé detaillé pour ce livre ?

04 sep 2009 à 21h55 par guillaume :
Lu en très peu de temps aussi, j\'ai bien aimé ce livre, notamment l\'ouverture du prêtre qui malgré toute attente s\'attache à sauver la foi et la culture juive, alors qu\'on aurait plutôt attendu de lui qu\'il rende catholique les mécréants juifs.
Les dialogues entre le prêtre et l\'enfant juif sont une invitation à la découverte de l\'autre. Quand à la question de Dieu, il me paraît évident qu\'un curé et un jeune juif en discute, le contraire eut été absurde.
La question de la transcendance étant le propre de l\'homme, question souvent amplifiée par les situations difficiles, m\'a paru bien écrite, sans prosélytisme.
Le livre ne se termine pas à l\'américaine, puisque l\'histoire continue après la chute du nazisme. Ce livre est très facile d\'accès et peut être intéressant pour enseigner aux enfants l\'ouverture à l\'autre, l\'occupation, l\'après-guerre.

28 août 2008 à 15h04 par Pierre :
Bien que l'ayant lu en très peu de temps (moins de 2 heures), j'ai été fortement déçu par ce roman d'Éric Emmanuel Schmitt. Si dans "Oscar et la dame en rose", ou "Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran", la religion était déjà présente, je ne l'avais pas ressentie que comme prétexte à un débat de fond plus vaste, une réflexion plus profonde et intéressante : les relations humaines, la connaissance de soi, la mort, la maladie, les différences etc...
Ici les digression sur la foi catholique et juive m'ont assommée, et la fin du récit de la guerre a fini de m'exaspérer. Cet acharnement des adultes à vouloir que les enfants se raccrochent à un Dieu ne pouvait évidemment que me faire réagir. Quant aux dernières pages, en ces temps de conflits israélo-libanais, elles ont pris une étrange résonance. Une conclusion comme une morale de film américain que j'exécre tout particulièrement.
L'aspect religieux mis à part (quoique ce soit vraiment le ressort de cette oeuvre), j'ai regretté également qu'Éric Emmanuel Schmitt ne fouille pas plus les situations et les personnages secondaires. En l'état, j'ai eu l'impression de lire la version accélérée d'une histoire qui aurait pu être bouleversante.

Laisser un commentaire

Votre commentaire :

Votre nom :