Ce document correspond à la version en cache proposée par G o o g l e pour la page http://objectifbac.websanslimit.net/version-imprimable.php3?id_article=45.
La version « En cache » proposée par G o o g l e correspond à la page telle qu’elle se présentait lors de la dernière consultation effectuée par Google.
Il se peut que la page ait été modifiée depuis cette date. Cliquez ici pour consulter la page actuelle (sans mises en valeur).
Cette page mise en cache peut renvoyer à des images qui ne sont plus disponibles. Cliquez ici pour obtenir uniquement le texte mis en cache.
Pour créer un lien avec cette page ou l'inclure dans vos favoris/signets, utilisez l'adresse suivante : http://www.google.com/search?q=cache:frIANcEjk04J:objectifbac.websanslimit.net/version-imprimable.php3%3Fid_article%3D45+objectifbac+site:objectifbac.websanslimit.net+id_article&hl=fr&client=firefox-a.


Google n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.
Les termes de recherche suivants ont été mis en valeur : objectifbac 
Ces termes apparaissent uniquement dans les liens pointant sur cette page : id_article

..Objectifbac.tk - Chapitre 19 - Impression
Imprimer cette page http://objectifbac.websanslimit.netRetour au format Normal
.. Chapitre 19 ..
Extrait de Candide


Ce qui leur arriva à Surinam et comment Candide fit connaissance avec Martin

Introduction

L’esclavage est présenté ici comme l’excès le plus important que l’on puisse trouver sur Terre. Cet épisode ne figurait pas dans la première version du conte. Voltaire l’a rajouté par la suite, lorsqu’il a prit conscience du fait que l’esclavage peut être très grave. C’est une vérité historique, le très grand essor de l’esclavage, la triangulaire ainsi que le besoin pressant de main d uvre. C’est une réalité économique. Le Code Noir fut crée par Louis XIV, rendant l’esclavage légal. De plus, l’Eglise accepte et justifie l’esclavage. Cet extrait met en scène un esclave devant Candide. Il permet à Voltaire de dénoncer l’esclavage, à travers une histoire fictive.

-  I. Un texte d’apparence neutre mais qui ne l’est pas tout à fait
-  II. Une dénonciation efficace

I. OJECTIF OU SUBJECTIF

1. Un texte neutre :

Le narrateur dans cet extrait reste neutre, objectif.

 L’esclave, la victime informe le lecteur de la vérité sur l’esclavage, vérité qu’il connaît. C’est le représentant du code noir. Au début, les apparences sont décrites, les détails sont objectifs : "caleçon de toile bleue" (l.2). Le texte est brutal, froid : toutes les informations sont données en bloc. Elles sont toutes mises au même niveau : les vêtements et la jambe en moins. Mais le narrateur reste neutre, il présente les choses telles quelles sont.

 L’esclave ne fait qu’un constat quand il parle, il reste calme. Quand Candide l’interroge, il répond : "J’attend mon maître" (l.4), phrase affirmative, au présent, comme si c tait tout à fait normal. Tout paraît simple, aucune émotion ne passe : "Je me suis trouvé dans les deux cas". Aucune argumentation n’est utilisée. Il ne dramatise jamais et reste sobre : "nos seigneurs les blancs" (l.12)

2. Mais qui émet un jugement :

Des sentiments passent quand même dans ce texte, malgré sa froideur.

 On le sent en particulier dans les dialogues. La ponctuation trahit les sentiments des personnages. Les points d’interrogation montrent que Candide s’interroge sur cet homme.

 L’esclave, malgré son ton neutre, émet des jugements quant à sa position : "mille fois moins malheureux que nous" (l.14), "d’une manière plus horrible" (l.19)

 Candide émet aussi un jugement à la fin du texte sur l’esclavage : "abomination" (l.19). Il prend conscience de l’horreur de l’esclavage. Candide a un regard humaniste, apitoyé.

Les jugements restent implicites, le lecteur devra tirer ses propres jugements du texte.

II. UNE DENONCIATION EFFICACE

1. La situation de l’esclave :

L’esclave décrit sa situation à Candide.

 Il explique qu’il est maltraité. "C’est l’usage" : c’est normal, légal. Voltaire fait référence au Code Noir.

 L’esclave est tortur : "on nous coupe la main (...) on nous coupe la jambe" (l.8-9).

 Il explique que sa mère l’a vendu aux esclavagistes.

2. Effets de décalage :

J’attend mon maître, M. Vanderdendur, le fameux négociant" (l.4). fameux : est-ce de l’ironie ? Fameux veut dire célèbre, pour ses cruautés. Le nom du maître : Vanderdendur. C’est une caricature, un nom à consonance hollandaise. Ce nom peut se décomposer : Vandeur = menteur et Dendur = cruel. Vanderdendur = vendeur à la dent dure.

3. Le jugement de Candide :

 Candide en apprenant la réalité, se met à pleurer : "Il versait des larmes (...) en pleurant". Il est donc particulièrement touché.

 Il commence à voir la réalité et à se rendre compte des choses. Il se pose des questions, voit le monde autrement.

Pour la première fois dans le conte, l motion de Candide apparaît. Pour la première fois, il émet une réserve par rapport à l’optimisme. Il en donne une nouvelle définition : "c’est la rage de soutenir que tout va bien quand tout va mal" (l.20). C’est une définition pessimiste de l’optimisme qui fonctionne sur une antithèse.

4. Le jugement de Voltaire :

Voltaire, à travers cette rencontre, émet lui aussi son jugement sur l’esclavage :

 Il dénonce l’esclavage et accuse les esclavagistes. Il compare les conditions des animaux à celles des esclaves. Il dénonce l’esclavagisme en général et prend comme exemple la vente de son fils par la mère. "C’est à ce prix que vous mangez du sucre" : il dénonce ici le fait que l’on consomme du sucre qui a coûté des vies humaines. Il dénonce aussi les tortures.

 Il dénonce l’Eglise également qui accepte, justifie l’esclavage. "Conversion" : elle oblige en plus les esclaves à se convertir. "on est tous enfant d’Adam" : les hommes sont censés être égaux. En fait, ce n’est pas du tout le cas.

 Voltaire dénonce également l’optimisme qui minimise l’esclavage : "adore", "vivre heureux", "honneurs" : termes positifs qui montrent que la mère valorise l’esclavage et accepte la soumission.

Mais il fait une dénonciation élargie : il ne dénonce pas seulement l’esclavage mais aussi l’universalité du mal et montre ainsi que l’optimisme ne peut exister.

Conclusion

Pour la première fois depuis le début du conte, Candide voit la vie autrement et fait mine d’un peu de pessimisme. On peut rapprocher ce texte à celui de Montesquieu, dans De l’Esprit des Lois, essai dans lequel on retrouve de nombreux arguments contre l’esclavage.

.. Retrouvez d'autres aides et ressources gratuites pour le bac de français sur http://objectifbac.websanslimit.net ..