Voici la version G o o g l e de la page mise en cache de http://perso.wanadoo.fr/objectifbac/montesquieu_lettrespersanes.htm extraite le 2 mar 2004 01:54:24 GMT.
La version « En cache » proposée par G o o g l e correspond à la page telle qu’elle se présentait lors de la dernière consultation effectuée par Google.
Il se peut que la page ait été modifiée depuis cette date. Cliquez ici pour consulter la page actuelle (sans mises en valeur).
Cette page mise en cache peut renvoyer à des images qui ne sont plus disponibles. Cliquez ici pour obtenir uniquement le texte mis en cache.
Pour créer un lien avec cette page ou l'inclure dans vos favoris/signets, utilisez l'adresse suivante : http://www.google.com/search?q=cache:ML-cdadNNgwJ:perso.wanadoo.fr/objectifbac/montesquieu_lettrespersanes.htm+site:perso.wanadoo.fr+objectifbac&hl=fr&client=firefox-a.


Google n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.
Ces termes apparaissent uniquement dans les liens pointant sur cette page : objectifbac

| Objectifbac.tk | Commentaire : Montesquieu, Lettres Persanes (1721)
Montesquieu, Lettres Persanes (1721)

:.: En Plus... :.:

Obtenir une version Imprimable

Obtenir une version pdf au format zip

Livre d'Or

Accéder au Forum

Page précédente

Retourner à l'Accueil

Montesquieu, Lettre persanne 28

Boileau, Arts Poétiques

Fénelon, Lettre à l'académie

Vigny, La Mort du Loup

La Bruyère, Caractères

La Bruyère, Arrias

Molière, Le Misanthrope

Molière, Le Misanthrope, Acte II Scène 4

Molière, Le Misanthrope, Acte V Scène 1

:.: Le Texte Etudié :.:
RICA A ***.

J'ai ouï parler d'une espèce de tribunal qu'on appelle l'Académie française : il n'y en a point de moins respecté dans le monde ; car on dit qu'aussitôt qu'il a décidé, le peuple casse ses arrêts, et lui impose des lois qu'il est obligé de suivre.

Il y a quelques temps que, pour fixer son autorité, il donna un code de ses jugements. Cet enfant de tant de pères était presque vieux quand il naquit ; et quoiqu'il fût légitime, un bâtard, qui avait déjà paru, l'avait presque étouffé dans sa naissance.

Ceux qui le composent n'ont d'autre fonction que de jaser sans cesse : l'éloge va se placer comme de lui-même dans leur babil éternel ; et sitôt qu'ils sont initiés dans ses mystères, la fureur du panégyrique vient les saisir, et ne les quitte plus.

Ce corps a quarante têtes, toutes remplies de figures, de métaphores et d'antithèse ; tant de bouches ne parlent presque que par exclamation ; ses oreilles veulent toujours être frappées par la cadence et l'harmonie. Pour les yeux, il n'en est pas question : il semble qu'il soit fait pour parler, et non pas pour voir. Il n'est point ferme sur ses pieds ; car le temps, qui est son fléau, l'ébranle à tous les instants, et détruit tout ce qu'il a fait. On a dit autrefois que ses mains étaient avides ; je ne t'en dirai rien, et je laisse décider cela à ceux qui le savent mieux que moi.

Voilà des bizarreries, ***, que l'on ne voit point dans notre Perse. Nous n'avons point l'esprit porté à ces établissements singuliers et bizarres ; nous cherchons toujours la nature dans nos coutumes simples et nos manières naïves.

A Paris, le 27 de la lune de Zilhagé, 1715.
:: Lettre 73 ::

:.: Le Commentaire proposé :.:
Introduction :

1636 : Richelieu fonde l'Académie Française pour élaborer un dictionnaire et une grammaire de la langue française. L'Académie Française doit aussi censurer esthétiquement les oeuvres d'époque.
1639 : Vaugelas commence seul la rédaction et part de rien. Il écrit la lettre "A" presque entièrement. Avec l'aide d'autres auteurs, ils rédigent le dictionnaire jusqu'à la lettre "I", lorsque Vaugelas meurt.
1650 : Mézeray commence à "J". Il choisit des volontaires pour l'aider : La Fontaine, Racine, Boileau.
1678 : Le dictionnaire est édité et présenté au Roi. Son achèvement définitif a lieu en 1694. Il comporte alors 18 000 mots (et ne comporte que le langage sublime et médiocre).
Pourtant, bien avant ce dictionnaire, Richelet a publié en 1680 son propre ouvrage de définitions de mots, et Funetière en 1690 en a fait un aussi.
Donc on peut se demander comment 40 personnes n'ont pas été plus rapides que des particuliers qui n'avaient pas le budget royal ! Ceci soulève une polémique sur l'inactivité de l'Académie Française. La presse critique alors avec ironie.
Montesquieu écrivit les "Lettres Persanes" en 1721. C'est la fin de la période classique, et l'on est sous la régence. La censure n'est pas très sévère, et les critiques vont "bon train". Les écrivains se déchainent sur tous les sujets anciennement interdits. Montesquieu écrit donc "Lettres Persannes", un roman épistolaire entre deux correspondants, dont l'un est en France, et découvre totalement le pays.

I. L'Académie Française
II. Les moyens de la critique

I. L'ACADEMIE FRANCAISE

a. Rôle et Fonction

~ Un Tribunal pour oeuvres littéraires :
" d'une espèce de tribunal..." => champ lexical de la justice
Les règles sont extrêmement difficiles à remettre en cause, car elles sont comme les lois, puisqu'elles sont définies et mises en place par le pouvoir. L'Académie tire sa légitimité du Roi.

~ La Création du Dictionnaire : "pour fixer son autorité, il donne un code de ses jugements..." => périphrase Le dictionnaire devait dispenser une grammaire et un vocabulaire.

~ Une Académie Unique :
"un endroit singulier" = seul
Il n'y a qu'une académie par nation, elle renvoie à ce qu'elle représente, et ce qu'elle est : l'académie du français.

~ Description des critères de la censure :
"... ses oreilles veulent être frappées par la cadence et l'harmonie"
C'est le côté esthétique qui est contrôlé.

~ Les 40 membres :
"corps...tête...bouches...oreilles....yeux...pieds...mains"
Il y 40 académiciens. La tête a ici un double sens : => le sens noble :le niveau intellectuel, et le niveau physique.

~ Les Immortels
"éternels"
Ce terme renvoie au nom des académiciens : les immortels, car dès que l'un mort, il est immédiatement remplacé.

~ L'Académie parle énormément :
L'éloge et le panégyrique sont nécessaires à l'arrivée des nouveaux arrivants.

~ L'Académie Française possède un fonctionnement financier et matériel :
"mains avides"
Les académiciens sont pensionnés par le Roi.
"Légitime " = c'est une institution officielle.

b. Les Critiques

~ L'Académie française est inactive :
"presque vieux quand il naquit"
C'est une allusion au dictionnaire qui mit tout de même 60 ans à paraître.
"un batard, qui avait déjà .... naissance"
C'est un hommage indirect aux privés qui ont publié leurs propres dictionnaires avant le national, tel Funetière.

~ L'Académie Française parle pour rien
"jaser" est péjoratif, ainsi que "babil" + champ lexical péjotaif (fureur du panégyrique...)
.La production écrite est ralentie car ils s'écoutent parler.

~ Le dictionnaire n'est jamais à jour:
paragraphe 1 : "il casse ses arrêts" "le Peuple" de France possède une langue vivante, et la fait évoluée. Le dictionnaire n'est jamais à jour : décalage entre travail et usage.

~ Le jugement est trop cassant :
métaphore du tribunal
La condamnation est péjorative ici.

~ La préoccupation esthétique est trop importante, comme le montrent les figures de styles présentes.
Il y a un décalage entre l'esthétique et l'usage pratique du dictionnaire. ~ Le souci de l'argent est plus important que le souci de travail.
"mains avides"
Ils sont payés cher pour peu de production.

Toutes ces critiques sont justifiées, car l'écriture est de 1721, presque un siècle après la fondation de l'Académie Française, qui paraît un peu vieillote à l'époque. Montesquieu n'évoque pas le rôle qu'elle a joué dans le classicisme.

II. LES MOYENS DE LA CRITIQUE

a. La Lettre

La lettre est tirée d'un roman car la date est irréalisable. On parle en calendrier lunaire, or, il y 1716 années d'écoulées!

~ Lettre fictive :
Le destinataire est remplacé par "***"
Cela s'adresse à tous les lecteurs, et à tous les francophones.

~ 1ere personne du singulier :
Il ne fait pas partie de l'Académie Française, il se confond avec son personnage : c'est un moyen pour lui de montrer son exclusion de cette institution. il se sent étranger dans son propre pays, puisqu'effectivement, seuls les français avaient le droit de rentrer à l'Académie Française.

~ Il n'y a pas de formule de politesse :
Ceci rend l'ouvrage fictif. En fait, Montesquieu écrivit 160 lettres, et il ne prit jamais ses lettres comme une correspondance intime!

~ Il n'y a pas de demande de réciprocité, en effet, il n'y a pas de demande de réponse de la part du correspondant. C'est une lettre d'information et d'argumentation. ~ Les coordonnées de la date sont fictives :
50% de calendrier lunaire, 50% de calendrier européen. Cette "faute" est volontaire, elle revêt un symbolisme. En effet, 1715 est une date charnière, puisque c'est la mort de Louis XIV, et avec lui, du classicisme. Entre 1715 et 1723, la régence correspond à une période de relâchement littéraire, étant donné que le régent sait qu'il n'est pas en poste pour longtemps, donc il est laxiste. L'Académie Française garde la teinte d'une institution dépassée : Montesquieu le fait remarquer par la date.

~ Il n'y a qu'un sujet :
La satire est sous forme de lettre, c'est-à-dire que chaque paragraphe correspond à un point abordé. De cette façon, toute la question est abordée. C'est presque un plan de dissertation.

b. La distanciation, ou le recul que prend l'auteur

~ La distanciation :
usage d'un personnage étranger prétendument perse, et qui possède un régard naïf et surpris sur l'Académie Française. Le personnage est surpris par les établissements français.

Cela apparaît comme une aberration aux yeux des étrangers. Montesquieu relativise donc l'importance de l'Académie Française en la replaçant dans le contexte mondial. ~ La naïveté du persan :
-- le sous-entendu de la ligne 24-25 : "je ne t'en dirai rien"
Cela laisse entendre au lecteur que Montesquieu en sait énormément. En disant le moins, il suggère le pire.
-- "espèce de tribunal "
Il ne connaît pas le mot adéquat. il utilise des périphrases dépréciatives
"code de jugement" ( péjoratif ) = dictionnaire ( neutre )
La lettre possède une portée percutante.
-- La comparaison avec la Perse :
L'Académie Française est une aberration. Il y a une inversion des valeurs par la naïveté de Rica.

~ Il insère le jugement des français dans le sien
"j'ai ouï parlé"
Venant d'un étranger on l'écoute, contrairement aux français qu'on n'écoute pas. Il donne la pensée dominante de la France. Il se fait porte-parole des écrivains.

~ La clairvoyance :
Les étrangers découvrent tout, et ils remarquent particulièrement ce qui ne va pas.
Il y a un jeu de mots avec "persan", qui s'écrit "perçant", quand on parle du regard...

~ La manière généraliste :
A chaque fois qu'il parle des gens, il utilise un pluriel généraliste, qui ne risque aucune diffamation en restant vague. Il critique le système, pas les gens de ce système.

Conclusion :

Le texte est paradoxal. L'Académie française est la garante d'une bonne production littéraire, or ici elle n'en fait rien. La vocation littéraire n'est pas très évidente.
Montesquieu fait partie des Modernes, or, la plupart des académiciens sont des Anciens. Tout ce qu'il peut dire, les faits l'ont prouvé. Le système tourne à vide.
Les Modernes se détachent, le temps a fait son oeuvre, le classicisme est mort. Les principes lassent, ou l'Académie Française s'adapte, ou elle meurt...
Les dictionnaires de l'Académie Française sont concurrencés par les autres. ex : 4 éditions au XVIIIe pour concurrencer l'encyclopédie... Après la Révolution, les parutions fêtent la fondation de l'Académie. L'institution est devenue historique.

© 2003-2004 Objectif Bac / Tous droits réservés. Site optimisé pour Internet Explorer avec une résolution supérieure ou égale à 1024 x 768